Les idées reçues sur la médiation culturelle

 

Nous défendons une définition dynamique de la médiation culturelle où le médiateur conçoit un espace et un temps de délibération autour des œuvres et dans un second temps, contribue de ce fait à la libre émergence d’une parole désinhibée sur les œuvres. Voici certaines idées reçues à dépasser.

1) Penser que le médiateur est un nouveau guide et qu’il est là pour expliquer.

2) Penser que le médiateur culturel ne peut que travailler que dans les lieux culturels. Il y a des projets culturels et artistiques qui émergent des centres sociaux.

3) Penser que le médiateur serait là pour résoudre quelque chose. La médiation culturelle est quelque chose de nouveau, elle se fait plutôt l’écho de l’éducation populaire.

4) Penser que la médiation est un apport alors que c’est un échange. La médiation est plus au service de la relation que de la transmission de connaissance.

5) Penser qu’il n’y a pas d’inventivité. Ce sont les conditions d’échange et les dispositifs qui sont importants. Le cadre et la condition sont importants.

6) Penser que la médiation culturelle fonctionne uniquement avec un support artistique. On s’attend forcement qu’il y est une rencontre avec une discipline artistique. On peut aussi concevoir de la médiation autour de la gastronomie. 



Téléchargez le document ici : Les idées reçues